« 2010-01 | Page d'accueil | 2010-03 »

26/02/2010

60 ans, c'est Parfait

Bonjour,

Aujourd'hui dans le Matin, un sujet un peu particulier puisque je me suis intéressée à l'un des fleurons du patrimoine culinaire helvétique: Le Parfait. Pourquoi? Parce que ce produit phare aux parfums d'enfance et d'apéros entre amis fête ses 60 ans cette année. Alors pour tout savoir sur la success story du Parfait, de ses origines d'avant-guerre à sa recette quasi définitive élaborée dans les années 50, le journal du jour ou www.lematin.ch/guide/cuisine.

Et une petite recette bien régressive avec du Parfait (même si, on est bien d'accord, LA recette du Parfait c'est étalée en couche épaisse sur une couche non moins épaisse de beurre, le tout sur du bon pain)

 

 

Chaussons de volaille au Parfait

121848_5f520833.jpg

 

Pour deux chaussons

  • 2 escalopes de poulet
  • 100 g de champignons de Paris
  • 1 oignon
  • 1 jaune d’œuf
  • 1 cs d’huile
  • 8-10  tranches de lard
  • 4 cs de Parfait

Emincer les champignons en brunoise. Hacher l’oignon et le faire suer dans l’huile d’olive. Ajouter les champignons.
Faire revenir jusqu’à ce qu’ils soient tendres.
Mettre Le Parfait dans un bol quelques minutes à température ambiante,le détendre avec une fourchette. En tartinerles escalopes de volaille des deux côtés.
Prendre la moitié des tranches de lard.Les mettre côte à côte sur une planche en les faisant légèrement se chevaucher. Etaler dessus la moitié de la brunoise de champignons.
Placer une escalope au centre du rectangle de lard, l’emballer avec. Faire de même avec la deuxième partie du lard et la deuxième escalope.
Etendre la pâte feuilletée, la couper en deux. Emballer chaque escalope dans un rectangle de pâte.Dorer avec le jaune d’œuf.
Enfourner 35 minutes dans un four préchauffé à 200 degrés.
Servir avec une salade.

19/02/2010

La grenade en lumière

Bonjour!

Aujourd'hui dans le Matin, j'inaugure une nouvelle rubrique, les produits méconnus des nos supermarchés. Vous savez, ces produits, nouveaux ou non, que l'on croise toutes les semaines dans les rayons mais que l'on n'ose jamais acheter parce que l'on ne sait pas comment les cuisiner. Ou alors ceux que l'on met dans son caddie une fois de temps en temps mais que l'on utilise toujours pour la même chose, sans savoir quoi en faire d'autre.

Premier exemple de cette rubrique: la grenade. Je ne sais pas vous mais pour moi la grenade jusqu'il y a peu, je ne savais pas trop quoi en faire. De temps en temps j'en achetais une pour en picorer les graines à même l'écorce, souvenir d'enfance. Ou alors je pensais au sirop de grenadine, qui, vous l'apprendrez en lisant l'article du jour dans le Matin, ne contient pas de grenade... Bref, autant dire que ma culture grenadière était assez nulle. Mais depuis, j'ai bossé le sujet et appris plein de choses. A découvrir dans le journal du jour ou sur www.lematin.ch/guide/cuisine

Et pour utiliser les délicieuses perles rouge vif, trois recettes:

 

 

Sirop de grenade

121651_5e78e77b.jpg

 

Pour 1 bouteille

  • 2 kg de grenades
  • 3 gouttes d’extrait de vanille
  • Sucre


Ouvrir les grenades puis détacher toutes les arilles. Les placer dans un mixer et les broyer quelques secondes. Filtrer dans un chinois pour ne garder que le jus et plus les graines. Pour un sirop le plus clair possible, il est conseillé de filtrer le jus deux ou trois fois.
Peser le jus obtenu et compter la même quantité de sucre.
Mettre le jus de grenade et le sucre dans une casserole. Dissoudre le sucre sur feu moyen puis augmenter la température pour porter à ébullition en mélangeant constamment. Laisser bouillir deux minutes.
Ajouter l’extrait de vanille, bien mélanger.
Verser dans des bouteilles ou des bocaux stérilisés. Fermer et laisser refroidir.

 

Filets de canard à la grenade

121651_d7521ca5.jpg

 

Pour 4 personnes

  • 2 filets de canard
  • 2 grenades
  • 2 cs de sucre
  • 2 poignées de pignons
  • 4 dl de bouillon
  • Sel, poivre

Préparer les filets: saler et poivrer le canard sur les deux faces. Entailler le côté peau jusqu’à la graisse en croisillons.
Ouvrir les grenades en deux. Prélever environ 2 cs d’arilles. Presser le reste des grenades au presse-agrumes. Filtrer le jus. Le faire chauffer dans une petite casserole avec le sucre. Ajouter le bouillon.
Placer les filets dans un plat allant au four. Arroser avec la moitié du jus de grenade sucré en faisant bien pénétrer le liquide dans les croisillons.
Enfourner pour 20 minutes dans un four préchauffé à 220 degrés.
Pendant ce temps faire mijoter les pignons dans le reste de la sauce grenade pour qu’elle s’épaississe. Rectifier l’assaisonnement.
Au moment de servir, trancher les filets en tranches fines, napper avec la sauce et décorer avec les arilles réservés.

 

Cake à la grenade

121651_608e1056.jpg

 

Pour un cake

  • 200 g d’arilles de grenade
  • 180 g de sucre
  • 160 g de farine
  • 1 sachet de poudre à lever
  • 75 g de beurre
  • 75 g de beurre salé
  • 3 œufs

Beurrer et fariner un moule à cake.
Mélanger le sucre et les œufs. Faire fondre les deux beurres et les incorporer au mélange. Ajouter petit à petit en mélangeant bien la farine et la poudre à lever. Ajouter la moitié des arilles, bien mélanger.
Verser la moitié de la masse dans le moule à cake préparé. Recouvrir avec le reste des arilles. Couvrir avec le reste de la préparation.
Cuire 40 minutes dans un four préchauffé à 210. Laisser refroidir puis démouler.
Note: si on n’aime pas le croquant des arilles de grenade il est possible de préparer plutôt un coulis en les mixant puis en filtrant les graines.

 

Au fait, si vous aussi avez des produits que vous n'osez pas acheter parce que vous ne savez pas quoi en faire, dites-le-moi. Je pourrai en faire un article.

 

Bon appétit!

 

Melina

06:00 Publié dans Recettes | Tags : grenade, magret, cake, sirop | Lien permanent | Commentaires (2)

12/02/2010

Aphrodisiaque, le gingembre?

Bonjour,

Aujourd'hui dans le Matin, 14 février oblige, je ne pouvais pas passer à côté de la Saint-Valentin (disons que cette année y avait aussi le Nouvel An chinois mais comme j'en suis encore au stade de l'expérimentation niveau cuisine asiatique, ça sera Saint-Valentin et pis c'est tout!). Parce que moi, en plus, j'adoooore la Saint-Valentin. Si si, sans rire. Je ne fais pas partie des grincheux qui nous expliquent chaque année que:

- La Saint-Valentin ça doit être tous les jours, pas seulement le 14. Certes mais dans les faits, boulot, enfants, maison, fatigue et tout et tout font que c'est pas toujours ça. Alors prendre un peu de temps une fois de temps en temps pour faire plaisir à l'être aimé ben je trouve pas ça inutile. Oui, je sais, c'est cucul la praline. Mais c'est comme ça.

- Etre obligé d'acheter des fleurs juste parce que le calendrier le dit, c'est nul. Certes, mais si vous offriez des fleurs pas parce que le calendrier le dit mais parce que ça fera plaisir à votre chérie? Ca serait bien aussi, non?

- Etre obligé de payer un menu décevant et hors de prix au restaurant au milieu de dizaines d'autres couples, c'est nul. Certes. Mais d'abord les menus de Saint-Valentin ne sont pas toujours hors de prix et décevants. Et ensuite pour être sûr de ne pas être déçu, le mieux est de mitonner vous même un petit menu.

J'en viens au sujet du jour dans le Matin: le gingembre. Avec la réponse à la question que tous les amoureux se posent: est-il vraiment aphrodisiaque? Réponse dans le journal du jour ou sur www.lematin.ch/guide/cuisine.

Et pour illustrer le sujet, trois petites recettes, une entrée, un plat et un dessert, super faciles et super vite faits.

 

 

Crevettes caramélisées au gingembre

 

crevette.jpg

Pour 2 personnes (entrée)

  • 20 crevettes fraîches décortiquées
  • 4-5 cm de gingembre frais
  • 1 piment rouge
  • 3 cs de miel
  • 1 cs de nuoc-mâm
  • Huile


Eplucher le gingembre, le découper en julienne très fine. Epépiner le piment (avec des gants) puis le découper en rondelles.
Mettre le miel et le nuoc-mâm dans une casserole, porter à ébullition et mélanger jusqu’à ce que le mélange exhale une odeur de caramel. Baisser le feu et ajouter le piment et le gingembre.
Laisser mijoter une dizaine de minutes.
Faire revenir les crevettes dans une poêle puis ajouter le caramel.
Servir avec une salade d’épinards frais ou de jeunes pousses parsemées de graines de sésame.

 

Tournedos sauce soja et gingembre

 

tournedos.jpg

 

 

Pour 2 personnes (plat)

  • 2 tournedos
  • 3 cm de gingembre frais
  • 2 cs de miel liquide
  • ½ dl de sauce soja
  • 1 dl d’eau
  • 1 gousse d’ail
  • 50 g de beurre
  • Huile d’olive


Peler le gingembre et le découper en rondelles. Peler et presser la gousse d’ail.
Mettre dans un bol l’eau, la sauce soja, les rondelles de gingembre, le miel et la gousse d’ail pressée. Faire mariner les tournedos dans cette sauce une vingtaine de minutes.
Sortir la viande, l’essuyer. Mettre la marinade dans une casserole et laisser réduire sur feu moyen. La sauce doit prendre un aspect sirupeux. Ôter le gingembre.
Chauffer sur feu vif un peu d’huile dans une poêle. Cuire la viande à la cuisson désirée. Pendant que la viande cuit, faire fondre le beurre (froid) dans la sauce, fouetter pour obtenir une sauce bien onctueuse.
Servir la viande nappée de sauce avec des pommes de terre et un mélange de légumes asiatiques.

 

Moelleux au gingembre

 

moelleux.jpg

 

 

 

Pour 2 personnes

  • 50 g de chocolat noir (+ 2 carrés)
  • 30 g de beurre
  • 2 œufs
  • 20 g de sucre
  • 15 g de farine
  • 1 citron vert
  • 2 cc de gingembre en poudre


Faire fondre le chocolat avec le beurre (micro-ondes ou bain-marie).
Mettre le sucre et les œufs dans un saladier, mélanger jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Incorporer la farine puis le chocolat et les épices. Râper le zeste de citron vert, ajouter ce zeste au mélange ainsi que le gingembre. Bien mélanger.
Verser dans des ramequins beurrés et farinés. Mettre un carré de chocolat dans chaque ramequin, enfoncer.
Placer au four préchauffé à 230° pour 10 minutes.

 

Voilà, bon appétit et bonne Saint-Valentin à tous.

 

Melina

05/02/2010

Bons les bonbons, bons!

Bonjour,

Aujourd'hui dans le Matin un sujet qui devrait plaire aux enfants, les bonbons. Parce que oui, on peut faire ses bonbons soi-même. Avec quelques colorants alimentaires, des arômes variés, quelques autres éléments (gélatine, crème,...) et évidemment du sucre, on peut se lancer dans une fabrication effrénée de petites sucreries multicolores. Ce qui présente trois avantages: déjà, on sait ce qu'on mange. Dans les bonbons "home made", point de conservateurs, exhausteurs de goût, sucre de synthèse et autres éléments chimiques. Non non, rien qu'du naturel ma p'tite dame.

Ensuite rien de tel pour passer pour un héros aux yeux de ses enfants que de leur fabriquer frites acidulées, caramels et sucettes maison. Le prochain goûter d'anniversaire de Junior devrait rester dans les mémoires de ses copains de classe (et de leurs mères, que vous pourrez longuement narguer...).

Enfin sous la surveillance d'un adulte, la fabrication de bonbons peut faire une idée d'activité d'intérieur très sympa pour les jours de congé pluvieux.

En bref, une activité qui occupe les petits monstres tout en vous procurant de délicieuses gourmandises, elle est pas belle la vie? Tout ça sur www.lematin.ch/guide/cuisine

Alors les recettes:

 

Gommes gélifiées

 

gommes.jpg

Pour une trentaine de bâtonnets

  • 90 g de sucre
  • 1 cs d’arôme coca, framboise, citron,… au choix
  • Colorant alimentaire en fonction de l’arôme choisi
  • 3 cs de miel liquide
  • 1 cs de jus de citron
  • 10 feuilles de gélatine


Faire ramollir la gélatine dans un bol d’eau froide.
Faire fondre le sucre sur feu doux avec 5 cs d’eau froide dans une casserole.
outer l’arôme, le miel et le colorant. Bien mélanger avec une spatule en bois.
Retirer du feu. Egoutter la gélatine, la rajouter au sirop coloré, bien mélanger. Ajouter le jus de citron.
Mouiller le fond d’un plat avec un peu d’eau froide, y verser la préparation. Laisser durcir plusieurs heures. Tester la masse avec le doigt, elle doit être bien caoutchouteuse.
Décoller le tour de la masse avec la pointe d’un couteau. Découper des bâtonnets (ou des formes avec des emporte-pièce).
Facultatif: rouler dans du sucre cristallisé.

 

Sucettes à la framboise

 

sucette.jpg

Pour 10 sucettes

  • 6 fonds en aluminium de bougies à réchaud
  • 6 petites piques à brochettes
  • 200 g de sucre
  • 2 cs de sirop de framboise
  • Colorant alimentaire rose


Laver les fonds en aluminium, bien les sécher. Huiler l’intérieur. Faire un minuscule trou sur le côté de chacun d’entre eux à environ 2/3 du sommet.
Enfiler une pique en bois dans le trou de chaque fond. La pointe de la pique doit être à peu près au centre de la coupelle en alu.
Placer ces petits moules dans une plaque à gâteaux.
Dans une casserole, verser le sucre, 3 cs d’eau, le sirop de framboise et le colorant. Portez à ébullition 1 à deux minutes (le mélange doit devenir sirupeux sur la cuillère mais pas solide).
Verser doucement ce mélange dans les coupelles jusqu’à 2 mm du bord en tenant bien les bâtonnets. Pour qu’ils soient bien droits dans les sucettes on peut les caler par-dessous avec un manche de couteau par exemple pour les surélever le temps que le sucre durcisse.
Laisser durcir une vingtaine de minutes. Démouler délicatement en incisant de la pointe d’un ciseau le bord des coupelles.

 

Bonbons au caramel

 

caramels.jpg

Pour une vingtaine de pièces

  • 200 g de sucre cristallisé
  • 200 g de crème fraîche
  • ½ cc de sel
  • 2 cc de beurre

Huiler une plaque à gâteau.
Placer le sucre et la crème fraîche dans une casserole. Faire dissoudre le sucre dans la crème sur feu doux.
Augmenter légèrement la température, mais pas trop fort. Le caramel doit arriver à une légère ébullition mais pas bouillonner trop fort.
Remuer constamment la masse avec une spatule en bois pendant qu’elle cuit. Bien mélanger toute la préparation jusqu’au fond de la casserole.
Au bout d’environ un quart d’heure, la masse aura bruni. La verser sur la plaque huilée et laisser durcir entre 2 et 5 minutes. La plaque de caramel doit être encore souple, mais ni collante ni friable.
Découper en cubes. L’idéal est d’utiliser des ciseaux. Laisser refroidir les morceaux sans qu’ils se touchent, ils colleraient ensemble.
Conserver dans une boîte à biscuits.

 

Guimauve à la fleur d’oranger

 

guimauve.jpg

Pour un petit plat

  • 5 feuilles de gélatine
  • 2 blancs d’œufs
  • 1 pincée de sel
  • 150 g de sucre en poudre
  • 1 cs d’eau de fleur d’oranger
  • 1 cs de miel liquide
  • 1 cs de colorant alimentaire orange
  • 20 g de Maïzena
  • 20 g de sucre glace


Placer un saladier vide au réfrigérateur.
Faire ramollir les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide.
Verser dans une casserole le sucre, la fleur d’oranger, le colorant, le miel et 4 cs d’eau.
Faire chauffer à feu doux en remuant pour bien dissoudre tout le sucre.
Monter les blancs d’œufs avec une pincée de sel en neige très ferme.
Ôter la casserole du feu. Essorer la gélatine ramollie et la rajouter au sirop de sucre orangé, bien incorporer.
Huiler légèrement un petit plat à gratin. Mélanger le sucre glace et la Maïzena puis saupoudrer ce mélange au fond du plat.
Sortir le saladier du frigo, y verser de l’eau très froide. Placer le bol contenant les blancs d’œuf battus dans ce saladier.
Verser en fin filet le sirop de sucre sur les blancs sans cesser de mélanger avec un fouet.
Verser la préparation dans le plat à gratin et placer le tout dans le réfrigérateur pendant environ deux heures.
Couper la guimauve en bandes à l’aide d’un couteau légèrement huilé. Normalement les bandes se détachent facilement du fond.
Garder au frais avant de manger, la guimauve fond très vite. Pour qu’elle soit moins poisseuse on peut la rouler dans un peu de Maïzena juste avant de servir.

 

Et une petite dernière pour la route:

Glacés à la menthe

291442_fd1c53d4.jpg

 

  • 200 g de sucre glace
  • 1 blanc d'oeuf
  • huile essentielle de menthe poivrée
  • colorant vert

 

Placer le sucre dans un saladier. Y ajouter petit à petit le jaune d'oeuf. La masse doit avoir la même consistance que de la pâte à modeler. Partager la masse en deux. En colorer une des deux en vert et y ajouter quelques gouttes d'huile essentielle de menthe. Pétrir pour bien mélanger la couluer et l'arôme. Il est aussi possible de diviser le sucre glace en deux dès le début. Il est ainsi plus facile d'incorporer le colorant et l'arôme quand la pâte n'est pas trop compacte.

Etaler les deux masses séparément sur une hauteur dênviron un centimètres. Juxtaposer les deux masses aplaties, rouler cette "tartine" sur elle-même. Découper des tronçons de la taille d'un bonbon. Laisser sécher deux jours.

 

Bon appétit (et, comme d'hab, suis preneuse de vos photos si vous testez ces recettes, ou d'autres: melina.schroeter@edipresse.ch)

 

Melina

 


 

 

 

All the posts