« Les chefs des chefs découvrent (un peu) du terroir suisse | Page d'accueil | Terroir sur le grill 2/5 »

24/07/2015

Découverte du caviar suisse en très bonne compagnie

 

CHEFS_DES_CHEFS-12.jpg

Parfois, mon métier est plutôt chouette. Et vendredi dernier, il était vraiment vraiment chouette. Imaginez un peu le tableau: en promenade dans les Alpes bernoises avec les cuisiniers des plus grands chefs d'Etat du monde à la découverte de la production suisse de caviar. Avouez qu'il y a pire. Et ils ont beau être des gens adorables et simples comme tout, trinquer avec la cuisinière qui prépare les pancakes de Michelle Obama le matin, ça fait quelque chose quand même.

CHEFS_DES_CHEFS-11.jpg(Cristeta Comerford, cheffe de la Maison Blanche)

 

En plus, si je savais que le Tropenhaus de Frutigen produisait du caviar, je n'avais jamais eu l'occasion de voir sa production. Une visite passionnante même si, comme moi, on n'est pas très amateur des petits oeufs noirs.

 

CHEFS_DES_CHEFS-2.jpg

(Là c'est le moment où la poche contenant les oeufs est prélevée.)

 

 

CHEFS_DES_CHEFS-27.jpg

Ulrich Kerz, chef de la chancelière Angela Merkel, et Christian Garcia, président du Club des Chefs des Chefs et chef du Prince Albert II de Monaco.

 

 

CHEFS_DES_CHEFS-13.jpg

Christian Garcia nous a confié que le Prince Albert connaissait le caviar suisse.

 

 

CHEFS_DES_CHEFS-15.jpg

Gregor Zimmermann, cuisinier des réceptions officielles du Palais fédéral et chef des cuisines du Bellevue Palace à Berne, a fait découvrir la gastronomie suisse aux autres chefs.

 

 

 

Ci-dessous donc, l'article paru dans Le Matin:

 

"VRAIMENT BON VOTRE CAVIAR SUISSE!"

TERROIR En visite en Suisse, les membres du Club des cuisiniers des chefs d’Etat ont découvert des spécialités inattendues.

CHEFS_DES_CHEFS-5[1].jpg

«Prends-nous en photo avec le poisson avant qu'il ait moins bonne mine.» Penchés au-dessus des esturgeons, riant comme des gamins contents de leur blague, Christian Garcia et Ulrich Kerz prennent la pose devant l’iPhone de Cristeta Comerford. La visite en Suisse du Club des chefs des chefs (CCC) – regroupant les cuisiniers des chefs d’Etat du monde entier – prenait hier à Frutigen (BE) des allures de Passeport vacances. Et les deux «écoliers» ravis de se faire shooter au-dessus des esturgeons sur le point de livrer leurs oeufs cuisinent habituellement pour le prince de Monaco et la chancelière allemande. Quant à leur paparazza du moment, elle mitonne au quotidien les légumes du potager de Michelle Obama. Après les vins de l’arc lémanique, après le gruyère, les cuisiniers étaient invités à découvrir un produit helvétique peut-être moins connu, le caviar Oona, produit au Tropenhaus de Frutigen. Une découverte pour une majorité d’entre eux, bien empruntés pour citer autre chose que le fromage et le chocolat comme produits helvétiques. «Je ne savais pas que la Suisse produisait du caviar, commente Cristeta Comerford. En plus il est vraiment bon. C’est pour ça que le CCC est important, cela nous permet de découvrir des aliments que nous ne connaissons pas.» Le Monégasque Christian Garcia avait, lui, une petite longueur d’avance sur ses collègues. «Je connais les rösti. Et j’avais déjà entendu parler du Oona parce que le prince en a goûté dans une manifestation.» Si les habitudes culinaires des grands de ce monde font partie du secret de fonction, le cuisinier d’Albert de Monaco confie qu’il cuisine aussi pour les jumeaux de la Principauté. «Je suis papa de jumeaux et ma femme en est à sa deuxième paire, donc on a l’habitude.»

Dégustation studieuse

Si la visite se fait dans la bonne humeur, les professionnels qu’ils sont restent très attentifs au moment des explications sur le procédé de fabrication du caviar. Des bassins où grandissent les esturgeons au salage des précieux oeufs, toutes les étapes sont observées, questionnées et photographiées. Et bien sûr chaque étape de la préparation du caviar est l’occasion d’une petite dégustation, les petites billes noires posées sur la main comme il se doit. Et à en croire les sourires, le chocolat et le fromage helvétiques ont désormais un nouveau concurrent. «Aux Etats-Unis, nous produisons aussi du caviar, explique la cuisinière des Obama. Mais celui-ci, avec l’eau de la montagne, est très différent. C’est intéressant de voir d’autres modes de production.» Et le côté insolite d’une production d’oeufs d’esturgeon au coeur des Alpes suisses a étonné les maîtres queux. «C’est un grand honneur pour nous d’avoir pu faire partie de l’agenda de ces grands chefs au milieu de produits plus traditionnels, commente Beate Makowsky, directrice marketing et communication du Tropenhaus. Ce sont des professionnels qui travaillent pour de grandes maisons, leur intérêt pour notre produit est fantastique.» Un intérêt que les chefs ont montré tout au long de leur périple.

Agneau et vin doux

Jeudi soir, le chef suisse Gregor Zimmermann, cuisinier des réceptions officielles du Palais fédéral et chef des cuisines du Bellevue Palace à Berne, leur avait préparé un véritable festin 100% local. «Je ne savais pas que la Suisse produisait un si bon agneau, simmental je crois, commente Christian Garcia. Et le sabayon du dessert était fait avec un vin doux délicieux d’un politicien suisse qui était président de quelque chose, mais je ne me souviens plus de son nom.» «Un Mitis de Jean-René Germanier, ancien président du Conseil national», intervient le chef helvétique. Après ce petit aperçu des gourmandises suisses, les chefs des chefs ont poursuivi leur périple en Italie avant de rentrer régaler leurs illustres patrons.

Les commentaires sont fermés.